dimanche 27 janvier 2013

Et n’attendre personne d’Eric Genetet


Aux éditions Héloïse d’Ormesson
 
Cinq ans après « le Fiancé de la lune », Eric Genetet revient avec un livre tout aussi sensible.
 
Alberto est à un croisement de sa vie. Alors que jusqu’à présent tout semble lui avoir souri, plusieurs évènements vont soudain faire basculer le bel équilibre dans lequel il était installé.
 
Avec beaucoup de sensibilité et une écriture parfaitement maîtrisée, l’auteur nous entraîne dans l’histoire d’Alberto qui accepte difficilement le départ de son fils – qui vole vers sa vie d’adulte – et le départ de sa femme – qui a accepté un poste en Belgique. D’un seul coup il se retrouve face à lui-même et sombre peu à peu. Mais c’est au cœur de sa solitude qu’il va justement se révéler et guérir de l’enfant blessé qu’il a été sans en avoir eu conscience jusqu’à présent.
 
Un très beau roman qui se lit d’une traite, mais dont on a envie de ralentir la lecture pour en profiter au maximum.
  
4e de couverture :
Strasbourg. Isabelle et Alberto forment un couple parfait. Ils ont résisté à la routine amoureuse et aux intempéries. Jusqu’au jour où leur fils unique leur annonce, le soir de son vingtième anniversaire, qu’il part s’installer à New York. Cette heureuse nouvelle va pernicieusement bouleverser l’équilibre familial. Si la perspective paralyse Alberto, à l’inverse, Isabella s’en réjouit. Comme libérée, elle en profite et saisit une opportunité à Bruxelles. Pour surmonter la douleur de ce double abandon, Alberto a besoin de mettre sa vie à plat, d’endiguer la dérive des sentiments.
Lorsque les certitudes sont ébranlées et l’union fragilisées, comment ne pas tout faire voler en éclats ? Alberto et Isabella sauront-ils se reconquérir ? Rattraperont-ils le temps où chaque jour qui passait les rapprochait ?
Un roman qui capte les émotions passagères avec justesse et finesse.

Aucun commentaire: