vendredi 30 octobre 2020

« Clandestine » de Hervé Bougel

 

Aux éditions Le Réalgar

Le narrateur accomplit un voyage dont il avait le projet depuis longtemps : se rendre sur la tombe de Patricia, une jeune femme qu’il a connue durant quelques semaines bien des années auparavant ; une histoire aux contours fragiles dont on devine, tout au long du récit, le profond impact dans la vie de l’auteur.

Pourquoi ce voyage lui est-il nécessaire après tout ce temps ? Pour lui ? Pour les parents de la jeune femme ?

Que comprendre à ce qui ne peut l’être et qui pourtant abîme pour toujours ?

La force de l’écriture réside dans ce qui demeure au fond du lecteur une fois la dernière page tournée.

Un récit puissant qui remue…

 4e de couverture :

 « Le lundi 21 juin dernier, je me suis rendu sur la tombe de Patricia dans le petit cimetière de Rochefort-sur-Loire, non loin d’Angers. J’en avais le projet depuis des années. »


Autres articles sur des livres de l'auteur : 

Tombeau pour Luis Ocaña d’Hervé Bougel

. Les Pommarins d’Hervé Bougel

. Petites fadaises à la fenêtre d'Hervé Bougel

mercredi 21 octobre 2020

« L’aube sera grandiose » d’Anne-Laure Bondoux

 


 


Aux éditions Folio

Ce livre est une petite pépite tant au niveau de l’histoire que de l’écriture.

Titania a soudainement embarqué sa fille vers un lieu qu’elle seule connaît. Elles arrivent en pleine nuit, une nuit d’où ne transparaît pas l’ombre d’une éclaircie, comme le sont les nuits dans cet endroit à l’abri des regards, et s’installent dans la cabane.

Aujourd’hui Titania a décidé de raconter à sa fille un passé dont la jeune fille ignore tout.

C’est une aventure pleine de surprises qui commence alors…

Un très chouette roman à mettre entre toutes les mains.

4e de couverture :

« – Tu t’en sortiras toujours, maman. Rose-Aimée a pris ma main dans la sienne. Elle l’a serrée très fort et j’ai senti passer, entre elle et moi, comme un courant électrique puissant, une onde chargée d’un incroyable désir de vivre que rien ne pourrait empêcher. Pas même le chômage. Pas même la pauvreté. Pas même la solitude. »

Les secrets remontent toujours à la surface. Alors que Nine, seize ans, devait se rendre à la fête de son lycée, sa mère l’embarque vers une destination inconnue, une cabane isolée au bord d’un lac. Cette nuit-là, la jeune fille découvre un incroyable roman familial. Quand l’aube se lèvera, plus rien ne sera comme avant


Librairie l'Arborescente - La Turballe (44)

 


Après une toute petite reprise à la rentrée, les salons s’annulent à nouveau les uns derrière les autres…

Je serai cependant accueillie ce samedi, le 24 octobre :

De 10 heures à 13 heures

À la librairie l’Arborescente

11 place du Marché
44420 La Turballe

Au plaisir de vous rencontrer.

dimanche 11 octobre 2020

« Portrait d’après blessure » d’Hélène Gestern

 

Aux éditions Arléa

Lors d’un évènement tragique une image volée va faire la couverture d’un magazine en recherche de sensationnel.

Héloïse et Olivier, tous deux victimes d’une explosion dans le métro, vont, bien malgré eux, être exposés à la vue de tout un chacun.

En plus de leurs blessures physiques, ils vont devoir affronter une réalité qui les dépasse.

Se pose ici la question du droit à l’image dans une société où tout est prétexte à être photographié.

L’écriture maîtrisée donne encore plus de puissance à ce roman très actuel.

4e de couverture :

Il s'appelle Olivier, elle s'appelle Héloïse. Ils partent déjeuner, mais la rame de métro dans laquelle ils sont montés est gravement endommagée par une explosion. Restera de cet accident des corps meurtris, un sentiment brisé et une photo de leur évacuation, si violente et si impudique qu'elle va tout faire trembler autour d'eux. Ils n'auront qu'une obsession : réparer les dégâts que cette image aura causés dans leurs vies.

Portrait d'après blessure raconte l'histoire de deux êtres aux prises avec le pouvoir des photographies, qu'elles parlent la langue de la dignité ou celle du désastre.


samedi 10 octobre 2020

« Malgré nous » de Claire Norton

 


 Aux éditions Robert Laffont

Que sommes-nous prêts à faire par amour ? Ici on pourrait transposer cette phrase au nom de l’amitié ! Jusqu’où l’amitié peut-elle aller, surtout lorsqu’un lien uni trois personnes qui ont cru leurs derniers instants arriver lorsque, enfants, elles ont failli être la proie des flammes et périr.

Théo, affaibli à la suite d’un burn-out, va perdre totalement pied lorsqu’il apprendra que l’avion dans lequel a pris place Marine, son épouse, s’est abîmé en mer.

Plus rien ne le retient alors à la vie, pas même Julie, sa fille, qui pourtant a besoin de lui…

Ses amis veillent, ne le quittent pas… et le suivent dans l’espoir qui surgit soudain au milieu de ce cataclysme.

Un roman bien écrit, bien mené et très prenant…

4e de couverture :

Été 1988. Théo, Maxime et Julien réchappent d'un terrible incendie. Les trois adolescents se jurent alors une amitié « à la vie, à la mort ». Vingt années passent.

Le 1er juin 2009, Marine, l'épouse de Théo, doit embarquer sur un vol Rio-Paris. Lorsque Théo apprend que l'avion s'est abîmé en mer, il s'effondre. Le soutien indéfectible de ses amis ne suffit pas à l'empêcher de sombrer dans une profonde dépression. C'est alors que la révélation d'éléments troublants vient tout remettre en cause. Se pourrait-il que Marine soit toujours en vie ? Théo n'a désormais plus qu'un objectif : découvrir la vérité. Mais celle-ci n'a-t-elle qu'un seul visage ?

mardi 29 septembre 2020

« La solitude des femmes qui courent » de Julie Printzac

 
Aux éditions JC Lattès ou aux éditions Le livre de poche

Ce roman retrace, par le biais de Justine, le portrait de femmes dans l’air du temps qui prennent leur vie en main malgré les aléas que celle-ci leur réserve sans ménagement.

Au-delà de ces femmes, souvent seules, se dessinent une tout autre histoire, un secret de famille qui va donner un but à Justine mais qui va surtout lui permettre de redéfinir les contours de son quotidien et au-delà, de sa vie…

Un très joli roman, actuel, bien écrit.

4e de couverture :

Depuis son divorce, Justine court après la vie dans un Paris qu'elle ne reconnaît plus. Tout se chevauche et se bouscule : son travail en perdition, ses amours inexistantes, ses inquiétudes de mère. Ses seuls moments de répit, elle les trouve à Nanteuil, le village de son enfance.

Un jour, elle découvre une rose fraîche sur la tombe de son père. Qui peut bien l’y avoir déposée ?

En essayant d’élucider cette énigme, Justine va découvrir des secrets de famille insoupçonnés, et trouvera au passage le courage de reprendre son existence en main. Une belle histoire de famille, d’amours et d’amitiés, et surtout d’espoir. 

jeudi 17 septembre 2020

« Là où chantent les écrevisses » de Delia Owens

 


 Aux éditions Le Seuil

 Gros coup de cœur pour ce roman si proche de la nature.

Le marais, la mer, la végétation, les oiseaux, les insectes... s’offrent en toute transparence aux lecteurs.

On s’attache très vite à la petite Kya, si seule, si attendrissante, qui, par la force des choses, va devenir farouche...

Il y a heureusement de belles âmes qui veillent sur elle et vont l’aider à grandir malgré tout.

Impossible de lâcher le livre une fois entre les mains... On ressent si profondément la solitude de Kya, on la veut tellement heureuse.

Pas à pas, on la suit dans son évolution.

C’est un livre magnifique qui se lit avec le cœur... 

4e de couverture :

 

Pendant des années, les rumeurs les plus folles ont couru sur « la Fille des marais » de Barkley Cove, une petite ville de Caroline du Nord. Pourtant, Kya n'est pas cette fille sauvage et analphabète que tous imaginent et craignent.

À l'âge de dix ans, abandonnée par sa famille, elle doit apprendre à survivre seule dans le marais, devenu pour elle un refuge naturel et une protection. Sa rencontre avec Tate, un jeune homme doux et cultivé qui lui apprend à lire et à écrire, lui fait découvrir la science et la poésie, transforme la jeune fille à jamais. Mais Tate, appelé par ses études, l'abandonne à son tour. La solitude devient si pesante que Kya ne se méfie pas assez de celui qui va bientôt croiser son chemin et lui promettre une autre vie. Lorsque l'irréparable se produit, elle ne peut plus compter que sur elle-même...

Delia Owens est née en 1949 en Géorgie, aux États-Unis. Diplômée en zoologie et biologie, elle a vécu plus de vingt ans en Afrique et a publié trois ouvrages consacrés à la nature et aux animaux, tous best-sellers aux USA. Là où chantent les écrevisses est son premier roman. Phénomène d'édition, ce livre a déjà conquis des millions de lecteurs et poursuit son incroyable destinée dans le monde entier. Une adaptation au cinéma est également en cours.

lundi 14 septembre 2020

« Abby, petite abeille courageuse » de Cécile Gréau

 


Illustrations Charlène Mangin

Aux éditions Il était eBOOK

Abby entraîne le lecteur dans sa vie d’abeille. Elle nous explique son travail, les différentes tâches qu’elle est amenée à réaliser au fur et à mesure qu’elle grandit.

Toujours enjouée, Abby nous alerte aussi des dangers qu’elle et les siens encourent…

Un livre pour les petits et les grands.

La version numérique est également téléchargeable sur toutes les plateformes.

4e de couverture :

 

Abby est une petite abeille de la ruche, qui grandit et occupe toutes les tâches nécessaires à la vie de sa colonie. Mais bientôt, elle va pouvoir devenir butineuse, et ainsi sortir et découvrir le monde !

3° livre de Cécile Gréau, et illustré tout en douceur par Charlène Mangin, Abby est le personnage idéal pour les enfants (et les parents) souhaitant s'initier à l'écologie et à l'importance des abeilles. Un ouvrage à mettre entre toutes les mains.