vendredi 25 mai 2018

Mai des Artistes - Argenteuil (95)





Le Mai des Artistes a lieu ce Week-end de 14 h à 20 h

Avec une mise à l'honneur de l'Association des Mots Migrateurs

Dimanche à 16 h à l'Atelier, jardins de l'abbaye à Argenteuil.

Une dizaine d'auteurs des Mots Migrateurs ont joué le jeu de la correspondance entre arts plastiques et écriture créative à l'occasion de l'exposition Mai des Arts organisée par la Direction de la Culture de la ville d'Argenteuil ce week-end des 26 et 27 mai 2018.

Plus de 40 petits textes, inspirés par les travaux des plasticiens, ont ainsi été rédigés et sont exposés sous forme de cartel à proximité immédiate des œuvres présentées au public.

Vous êtes invité(e)s à découvrir les travaux des artistes - plasticiens et écrivains - à l'occasion d'une lecture déambulatoire à l'Atelier, jardins de l'abbaye, 17 - 19 rue Notre Dame à Argenteuil dimanche prochain à 16 h.

En savoir plus ICI.

lundi 21 mai 2018

22e Salon du livre de Chaumont-en-Vexin (60)



Je serai présente au Salon du livre de Chaumont-en-Vexin

Dimanche 27 mai

De 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h

Jardins de la mairie
45 rue de l’Hôtel-de-Ville
60240 Chaumont-en-Vexin



Au plaisir de vous y rencontrer :-)

dimanche 20 mai 2018

« Silence on tourne »




Pièce de théâtre de Patrick Haudecoeur et Gérard Sibleyras
Mise en scène Patrick Haudecoeur

Avec :
Comédiens : Alice ALLWRIGHT, Fabienne CHAUDAT, Erwan CREIGNOU, Karine DUBERNET ou Constance CARRELET, Serge NOEL, Alexis SEQUERA, Philippe SPITERI, Heloïse WAGNER et Benjamin EGNER.
Musiciens: Jean Claude ONESTA, Robert MENIERE et Samy DAUSSAT

Actuellement au Théâtre Fontaine

Une pièce à voir pour sa bonne humeur (on rit du début à la fin), la mise en scène, la troupe de comédiens.

Et ça fait un bien fou ! 

Thème :

Nomination Molières 2017 : Molière de la comédie.

Après Frou Frou les bains et Thé à la Menthe ou T'es Citron, Patrick Haudecoeur revient avec une équipe de cinéma délirante... et n'en finit pas de nous faire rire !
Une équipe de cinéma a investi un théâtre pour le tournage d’un film. Aujourd’hui on tourne la séquence du mari trompé qui interrompt une représentation pour tuer l’amant de sa femme. Au cours du tournage on va découvrir que le producteur est véreux, que le réalisateur, amoureux de la jeune actrice et dévoré de jalousie, s’est promis de démasquer son rival pour lui faire la peau. L’éternel second rôle, quant à lui, est prêt à toutes les crapuleries pour faire décoller sa carrière et l’assistant-réalisateur doit ménager les uns et les autres d’autant qu’il rêve de réaliser son premier film avec la jeune actrice dans le rôle principal. Quant au public, il fait partie de l’histoire, c’est le figurant du tournage…

samedi 19 mai 2018

« Un arbre, un jour… » de Karine Lambert





Aux éditions Calmann Lévy


Au cœur d’un charmant village, un platane, vieux de cent trois ans, veille avec bienveillance sur ses habitants. Bien sûr, il a ses préférés : Suzanne qui tient le café sur la place et qui ne pardonne pas à son mari d’avoir pris sa moto un jour de mauvais temps ; Fanny et ses amours compliquées ; Clément, jeune écolier espiègle au cœur tendre qui milite pour un monde meilleur ; Raphaël Costes éternel indécis ; les vieilles sœurs Bonnafay, qui ont accordé leurs vies pour ne pas sombrer dans le chagrin ; Manu, de passage avec son véhicule qui lui sert de lieu de vie…
Chacun vit, se côtoie... de loin… Jusqu’à ce que François Lebrun, employé municipal, accroche un avis d’abattage sur le platane.
Pourquoi une telle décision ?
Si le platane ne capte pas le langage des êtres humains, il en perçoit l’essentiel par les émotions qu’ils dégagent, leurs attitudes, et bientôt il comprend que quelque chose de grave se passe.
La prise de conscience des habitants réussira-t-elle à le sauver ?

Un roman rafraîchissant, sensible et tendre, sous la plume poétique de l’auteure.

4e de couverture :


Du haut de mes trente-deux mètres,
je les regarde vivre sur la place du village.
Depuis cent trois ans, je partage leurs nuits et leurs jours,
j’effeuille leurs amours et parfois j’envie leurs cris de joie.
En ce matin de printemps, un avis d’abattage est cloué
sur le platane centenaire qui ombrage ce village de Provence.
Entraînés par un petit garçon effronté, sept habitants s’unissent
pour découvrir qui souhaite la mort du géant.
Ensemble, ils combattent cette sentence absurde,
tandis que l’arbre les observe et vibre avec humour et philosophie
au rythme de leurs émotions et de leurs conflits.
Qui l’emportera… le pouvoir ou la solidarité ?
Aux premiers jours de l’été, Clément, Suzanne, Fanny
et les autres ne seront plus les mêmes.

mercredi 2 mai 2018

Sortie de "Et un jour, tout recommencer" en version livre de poche




Pour les amateurs du livre papier, sortie aujourd'hui, le 2 mai, de mon roman Et un jour, tout recommencer aux éditions Harlequin, en livre de poche :-).

Vous le trouverez au rayon littérature dans les grandes surfaces comme Carrefour, Auchan, Leclerc... et aussi chez Cultura.

Sinon vous pouvez également le commander sur quelques sites en ligne : 

- HQN
- FNAC
etc.

lundi 23 avril 2018

« Gramercy Park » - Bande dessinée




Aux éditions Gallimard

Illustrations de Christian Cailleaux
Texte de Timothée de Fombelle

De temps en temps j’adore me plonger dans une bande-dessinée.
Mais il faut qu’elle me captive vraiment, aussi bien par l’histoire – qui du coup ne s’embarrasse pas de mots inutiles puisqu’il y a le dessin en support – que par le graphisme, que j’aime épuré.

Avec Gramercy Park j’y ai trouvé les ingrédients que j’apprécie : les illustrations sont précises, rien de trop, et joliment colorées ; l’écriture, pleine de poésie, nous entraîne au fil des pages.

Au cœur des années 1950, entre les toits new-yorkais sur lesquels une jeune femme s’occupe de ruches, et un appartement juste en face où un homme vit avec sa petite fille, va se créer un dialogue silencieux.
Quel est le lien entre eux ? Et ces deux flics dans une voiture, qu’attendent-ils ?

Grâce aux flash-back, le lecteur va peu à peu comprendre ce qui se trame derrière cette histoire tout en finesse.

A découvrir...

Présentation de l'éditeur :


New York, 1954. Sur le toit d'un immeuble, une jeune femme s'occupe patiemment des ruches qui l'entourent et semble attendre quelque chose. Dans l'immeuble d'en face, un caïd de la pègre reste cloîtré chez lui à l'exception d'une mystérieuse sortie hebdomadaire. Ils ne se connaissent pas, mais ils se voient. Entre eux, le vide, une voiture de flics et un parc dont l'accès est réservé à quelques privilégiés. Qu'est-ce qui pourrait lier cette ancienne danseuse de l'Opéra de Paris et cet homme insaisissable que tout le monde craint ?

vendredi 13 avril 2018

« Frances » de Joanna Hellgren



Aux éditions Cambourakis

Abandonnée par sa mère à sa naissance, Frances, l’héroïne de cette bande dessinée, va être élevée par son père souvent absent, jusqu’à ce qu’il décède alors qu’elle n’est encore qu’une petite fille.
Sa tante Ada, qui s’occupe déjà de son père atteint de la maladie d’Alzheimer, va prendre en charge la fillette.

Entre passé et présent, les histoires se croisent et se dessinent en noir et blanc, avec précision.

4e de couverture :

Recueillie à la mort de son père par sa tante Ada, Frances porte en elle bien des mystères et bien des questions. Enfant en quête de vérité, elle grandit en s'inventant des histoires qui l'aident à apprivoiser les béances de sa jeune existence, et tend aux adultes qui l'entourent un miroir qui leur permettra peut-être de se découvrir et de se reconnaître. Car dans ce livre, tous les personnages se débattent, chacun à sa manière, pour affirmer leur liberté et leur identité, secouant le joug des conventions sociales et familiales.

Biographie de l'auteur

Joanna Hellgren est née à Stockholm en 1981. Sa première bande dessinée, Mon frère nocturne, a été publiée aux Éditions Cambourakis en 2008, suivie de Frances Episode 1, 2 et 3, entre 2008 et 2012. En Suède, elle a illustré des livres pour plusieurs auteurs, notamment la série Katitzi, de Katarina Taïkon. Elle a vécu quelques années à Paris, mais vit depuis 2006 à Stockholm.



dimanche 8 avril 2018

« Embrasser l’inconnu » d’Aurélie Delahaye



Les éditions de la Pomme de l’Estre

Tout le monde devrait lire ce livre, parce que c’est un livre qui enchante.
Et dans le monde actuel, revenir à des valeurs toutes simples, mais fondamentales, permet de renouer d’abord avec soi, afin de mieux s’ouvrir sur ce qui nous entoure.

L’auteure raconte sa propre expérience, mais quelle expérience !
Alors qu’elle a un travail, un appartement à Paris, elle décide de tout quitter et de partir vers l’inconnu, avec cependant une idée en tête : donner du bonheur aux gens !
Elle sent que c’est sa mission. Seulement le chemin sera long car Aurélie doit avant – mais tout cela elle le découvre au fur et à mesure – trouver son propre bonheur intérieur.

Un livre émouvant, d’une grande sincérité, qui donne mine de rien des clés pour réfléchir à sa propre route, et dans lequel la bienveillance règne.

Au-delà d’un périple tant intérieur qu’extérieur, il y a aussi le regard posé sur la société, plein de bon sens.

Une fois le livre refermé on garde en mémoire Aurélie et son camion rouge, avec le regret de ne pas les avoir croisés sur notre propre chemin.

Un livre qui rend heureux et qui fait du bien.

Un livre à s’offrir et/ou à offrir.

Pour commander le livre, toutes les informations ICI.

4e de couverture :

Nous aurions pu nous résigner, nous dire qu’il fallait apprendre à vivre raisonnablement, suivre la cadence. Mais nous ne l’avons pas fait.
Tout a commencé par cette nuit du 18 janvier 2015 où j’ai pris deux billets d’avion, l’un pour Berlin, l’autre pour Lisbonne. Je venais de décider de ne rien savoir de ce qui allait advenir des six prochains mois. Pour ne pas trop craindre l’inconnu, j’avais choisi de lui donner une courte durée et d’aviser ensuite. Six mois, ça n’était pas le bout du monde.
Après avoir fait des années d’études et travaillé dans le monde de l’entreprise à Paris, Aurélie Delahaye a tout quitté pour partir à l’aventure.
Embrasser l’inconnu est le récit de son périple intérieur et extérieur. Il est aussi son premier livre.