samedi 12 juillet 2014

Blog en pause...


Je vous souhaite un très bel été...

Au plaisir de vous retrouver en septembre :-)

jeudi 10 juillet 2014

Et un jour, tout recommencer de Marie-Laure Bigand

en numérique aux éditions Harlequin-HQN 


L'aventure commence aujourd'hui :-)

A télécharger sur le site des éditions Harlequin-HQN

- sur Amazon en format Kindle

- sur le site de la Fnac livre numérique

- sur Chapitre livre numérique

- sur Kobo eBooks

4e de couverture :

La main sur la poignée de la porte d’entrée, Valérie sent son cœur se serrer. Combien de fois l’a-t-elle rêvée, cette scène où elle trouverait enfin le courage de quitter les siens et de partir pour se retrouver, pour respirer enfin, loin de cette vie où elle étouffe ? Soudain prise de vertige, Valérie pose un instant son front sur le bois glacé de la porte. Il n’y aura pas de retour en arrière, elle le sait. Franchir ce seuil, c’est renoncer au seul monde qu’elle connaisse, c’est laisser Alain derrière elle, qui dort encore dans le lit conjugal et qui ignore tout de ses aspirations les plus secrètes.
Et puis, parce que, cette fois, elle a trouvé en elle la force de suivre enfin ses vrais désirs, elle inspire profondément et quitte l’appartement. Le cœur battant d’excitation…

On en parle :

- Émission Les artistes ont la parole à écouter en podcast dans laquelle j'étais l'invitée de l'animateur Michel Berger et où je parle de mon roman Et un jour, tout recommencer.

- Découvrir l'article de Karine Fléjo sur "Les Chroniques de Koryfée".

mercredi 9 juillet 2014

La lettre à Helga de Bergsveinn Birgisson





Aux éditions Zulma
 
Un roman magnifique, puissant et émouvant, écrit d’une plume très sensible.
Alors qu’il sait qu’il arrive au bout de sa vie, Bjarni, éleveur de brebis islandais, répond enfin au courrier d’Helga, reçu bien des années auparavant ; Helga qui était la femme de sa vie ! Il se livre sans aucun tabou… À travers cette lettre d’amour, il parle aussi de son profond attachement à ses terres, héritées de son père, à ses bêtes. Il évoque sa vie d’homme de la campagne, le voisinage, la passion qui l’anime dans ses veines.
Au seuil de sa vie il parle aussi de ses regrets de n’avoir pas su ou pas pu vivre pleinement avec celle qu’il aimait plus que tout au monde.

« J’ai fantasmé pour combler les lacunes de mon existence, compris que l’être humain peut faire de grands rêves sur un petit oreiller. J’ai continué, ivre de désir et de l’espoir qui pousse la sève jusqu’aux rameaux desséchés de la création. Et puis j’ai aimé et j’ai été heureux, un temps. »

4e de couverture :

« Mon neveu Marteinn est venu me chercher à la maison de retraite. Je vais passer le plus clair de l’été dans une chambre avec vue plongeante sur la ferme que vous habitiez jadis, Hallgrímur et toi. » Ainsi commence la réponse – combien tardive – de Bjarni Gíslason de Kolkustadir à sa chère Helga, la seule femme qu’il aima, aussi brièvement qu’ardemment, d’un amour impossible.
Et c’est tout un monde qui se ravive : entre son élevage de moutons, les pêches solitaires, et sa charge de contrôleur du fourrage, on découvre l’âpre existence qui fut la sienne tout au long d’un monologue saisissant de vigueur. Car Bjarni est un homme simple, taillé dans la lave, pétri de poésie et d’attention émerveillée à la nature sauvage.
Ce beau et puissant roman se lit d’une traite, tant on est troublé par l’étrange confession amoureuse d’un éleveur de brebis islandais, d’un homme qui s’est lui-même spolié de l’amour de sa vie.

lundi 7 juillet 2014

Rencontre avec un papillon...

Au début, dès que je m'approchais, il partait sur une autre fleur... Ce jeu-là a duré un bon moment et puis, d'un seul coup - s'est-il habitué à ma présence ? - il s'est arrêté et s'est laissé photographier et j'ai pu m'approcher assez près :-)






dimanche 6 juillet 2014

samedi 5 juillet 2014

Absolute Directors de Franck Buioni




Le temps de la décadence


Après Peter Gabriel Real World et Absolute Directors Tome 1, l’auteur revient avec Absolute Directors Tome 2, un livre de près de 1000 pages…

Et quel livre ! Franck Buioni est un passionné de cinéma et de musique. Dans cet opus il s’intéresse à la période du Nouvel-Hollywood et à des réalisateurs comme William Friedkin à qui l’on doit notamment la réalisation de l’Exorciste , Brian de Palma, Francis Ford Coppola, Paul Scharder… et à des acteurs charismatiques comme Robert De Niro, Al Pacino, Marlon Brando et bien d’autres, sans oublier le troublant Phil Spector, l’inventeur du « Mur du son » Le Wall of Sound.

Des vies les plus dissolues aux tournages les plus improbables, l’auteur nous dévoile des destins hors normes.

Un livre d’une rare richesse où l’on apprend beaucoup sur cette époque et qui se lit comme un roman policier. 

De l’humour, un style décapant… Un livre qui donne l’envie de découvrir ou de revoir bien des films !
 
4e de couverture (qui donne tout de suite un aperçu du style Franck  Buioni) :

Le moteur pétaradant déchirait la nuit dans un magma de cliquetis dissonants. Ils roulèrent à fond la caisse sur une route désaffectée caressant l’espoir de percuter de plein fouet un semi-remorque qui aurait eu la miraculeuse idée de leur griller la priorité.
Les Schrader, bien décidés à en finir avec leurs névroses, venaient de commencer une séance de roulette russe à bord de leur bagnole. Ils étaient déterminés à rejoindre un monde qualifié de meilleur, l’historique mortifère de la famille ayant déjà fait ses preuves sur le plan statistique. La scène ressemble à s’y méprendre au final du Thelma et Louise de Ridley Scott. Paradoxalement, Léo semblait avoir la tête ailleurs, comme perdu dans des pensées hors sujet au vu de l’étrange contexte. La tension était extrême. Le moteur de la Chevrolet faisait un tel baroufle qu’on aurait juré le bruit d’un Spitfire en piqué dans la nuit du blitz anglais. Paul regardait droit devant lui et marmonnait des banalités, du genre tirades existentielles quand on n’a plus grand-chose à dire et très peu de temps à vivre. Subitement, Léo se mit à gueuler, tentant de couvrir de sa voix les décibels de la mécanique en surrégime. L’intervention inopinée de Léo gâcha les précieuses secondes que savourait Paul, celles, si délicieuses, qui précèdent le grand saut vers l’inconnu.

jeudi 3 juillet 2014

Son carnet rouge de Tatiana de Rosnay






Aux éditions Héloïse d’Ormesson

Un recueil de nouvelles sur le thème de l’adultère…
Des situations diverses et variées où l’auteur explore toutes les facettes.
Onze histoires courtes savoureuses entre humour, douleur, déni, histoires de vies, le tout dans un style très fluide.
 
4e de couverture

Le fruit est-il plus savoureux lorsqu’il est défendu ? L’interdit est-il synonyme de plaisir ? De la duperie démasquée à la vengeance machiavélique, Tatiana de Rosnay revisite les amours illégitimes et envisage tous les scénarios – tantôt tragiques, tantôt cocasses – avec une légèreté teintée de sarcasme, jusqu’à une chute toujours croustillante, parfois glaçante. Un jouissif « déshabillage » du délit conjugal, où le rire se mêle à la compassion et la transgression au désir.

mardi 1 juillet 2014

Émission de radio les Mots Migrateurs




 
Vous êtes tous invité(e)s à écouter la 104e émission Les Mots Migrateurs 
ce mardi 1 juillet de 22 h à 23 h 30 sur radio RGB 99.2 FM 
ou en streaming sur Internet à l'adresse www.radiorgb.net 

Rediffusion le mercredi 2 juillet de 14 h 30 à 16 h

Écoutez aussi l'émission sur www.motsmigrateurs.fr à partir du 4 juillet (accessible pendant 2 mois).

Au menu de cette 104e édition 

Récit autobiographique
Chateaubriand
Les Mémoires d’outre-tombe

Découverte picturale
Edgar Degas
L’Étoile

Chanson
Groupe « Courir les rues »
Pour le caviar, c’est un peu tard


Invitée
Élodie Torrente, directrice de l’association auversoise « Libres Plumes »,
Organisatrice de la première édition d’un concours de nouvelles humoristiques :


Émission réalisée par V. Gabralga

Mots Migrateurs : C'est aussi un collectif d'écrivains.
Retrouvez-nous sur www.motsmigrateurs.fr