mercredi 15 février 2012

Tais-toi et pardonne ! de Laurent de Villiers




Difficile de dire : « j’ai aimé », le sujet est bien trop grave pour aimer. Mais j’ai apprécié cette lecture et surtout la pudeur avec laquelle l’auteur, fils d’un homme politique connu et fondateur du Puy-du-Fou, raconte son histoire avec courage.
Ce livre est le témoignage d’un vécu douloureux dans une ambiance familiale très lourde.
Si Laurent de Villiers décide d’écrire ce livre c’est parce qu’aujourd’hui il est père, que les siens l’ont trahi, qu’il a réussi à se sortir d’un milieu ancré dans des traditions, des silences, des apparences. Aujourd’hui il est libre, il a dit ce qu’il avait à dire, et il est aussi le porte-parole des victimes qui subissent l’inceste.

« Elle a de grands yeux bleus et une façon rassurante de tenir dans mes mains. Et si Grace arrive dans un climat difficile, la légèreté de mon existence va prendre le dessus sur la lourdeur de mon histoire.
J’ai toujours cru à la guérison par la vie. Pour qu’un enfant blessé devienne un homme, il faut qu’il redécouvre son enfance et accepte de ne pas en avoir eu. Il m’aura fallu attendre de rencontrer ma fille pour comprendre ce qu’est la vie. Avec ses premiers pas, je refais les miens. » (p. 273)

4e de couverture :

« Aujourd’hui, je suis seul. Je n’ai plus rien, plus de frères, de sœurs, de père, ni de mère. La justice m’a donné tort mais je sais aussi que je ne dois pas me taire. » Laurent de Villiers.

Deux millions de personnes en France déclarent avoir subi des abus dans le cadre familial. Moins de 30 % osent porter plainte, sans qu’il y ait le plus souvent de poursuites judiciaires.

Ce témoignage est emblématique du parcours d’obstacles se dressant devant ceux qui revendiquent leur statut de victime. Dans le cas de Laurent de Villiers, après avoir ordonné en mai 2010 le renvoi aux Assises de son agresseur présumé, la justice s’est ravisée et a prononcé un non-lieu en appel. Il a décidé de se pourvoir en cassation.

Les bénéfices de l’éditeur issus des ventes de ce livre seront reversés à une association de protection de l’enfance.

2 commentaires:

Clo a dit…

Entièrement d'accord avec cette présentation. J'ai hésité à lire cet ouvrage par crainte du coté "people" ou "règlement de comptes".
L'auteur est libre (enfin) et ça se sent.
Utile, intéressant et de plus bien écrit !

Marie-Laure a dit…

Tout c'est tout à fait ça Clo, merci de votre passage :-)