mercredi 17 septembre 2008

La douceur assassine de Françoise Dorner

aux éditions Albin Michel
(Existe en poche)

C’est le titre qui m’a attirée alors que je venais pour acheter des livres pour mes enfants en raison de la rentrée scolaire. J’ai lu la quatrième de couverture et là j’ai immédiatement oublié la pile de livres que je m’étais promis pourtant de lire avant d’acheter de nouveaux livres… Bon il était en poche au prix de 4,50 euros, donc aucune excuse…
Alors, ce livre ? Si vous aimez les rencontres insolites, si vous aimez les relations particulières qui peuvent se nouer entre deux êtres sans explication apparente, eh bien ce livre est pour vous. Il est plein de tendresse, d’émotion ; c’est aussi une remise en question de la part d’un vieil homme qui réalise qu’il n’a peut-être pas eu l’attitude et les mots que les siens attendaient…
L’écriture est limpide, belle, sensible…

4ème couverture :

Pauline rencontre Armand dans le bus. Il est prof de philo à la retraite, elle est vendeuse. Cinquante ans les séparent, mais c’est la même solitude. Entre eux va se nouer une relation inédite où n’entreront ni le sexe, ni la simple amitié, ni la relation du maître à l’élève. Et pourtant, chacun va bouleverser la vie de l’autre, lui donnant la joie de revivre et faisant naître une révolte jubilatoire contre les préjugés d’une société où l’on n’a plus le droit d’être vieux, ni les moyens d’être jeune.
Mais quel est le prix à payer pour cet instant de douceur ?

Je ne connaissais pas Françoise Dorner. Je découvre qu’en 2004 elle a reçu le Goncourt du premier roman pour « La fille du rang derrière »… Eh bien oui, je vais l’acheter :-)

3 commentaires:

Nath a dit…

J'ai trop de livres sur ma pile :( mais je note le titre dans un coin de mon petit carnet ;o)

Anonyme a dit…

on l'a eu au café lecture, tout le monde avait apprécié cette écriture tendre, juste que c'est bien peu probable une histoire pareille, mais pourquoi pas, la lecture nous permet de prendre le large, de rêver que le genre humain peut être intelligent et dénué d'interet, je le pense mais combien pensent le contraire à travers le monde.
connais-tu "j'ai nom sans bruit" d'Isabelle Jarry, une vraie merveille.
Merci pour tes conseils, je vais essayer, je t'embrasse, Brigitte

Marie-Laure a dit…

@ Nath, oui à noter dans un petit coin, tu ne seras pas déçue...
@ Brigitte, oui j'ai lu et adoré "j'ai nom sans bruit", livre qui m'a beaucoup émue ; j'en parle là : http://lesmotspartages.blogspot.com/2007/10/isabelle-jarry.html