mercredi 5 novembre 2014

Sur tes pas...





J’ai pris la route…
Je voulais te retrouver.
J’ai traversé les saisons…
Comme le vent, j’ai caressé les blés,
Senti les odeurs naissantes.
J’ai nagé dans des mers
Et j’ai nagé dans des lacs,
J’ai ramassé les feuilles,
Et j’ai coloré la vie.
J’ai regardé la neige tomber,
Tes pas n’avaient pas laissé d’empreintes.
Longtemps, j’ai marché,
En semant des fleurs sur ma route
Dans le secret espoir, que tel le petit Poucet,
Tu te souviendrais de ta maison.
Je me suis abreuvée à la rosée du matin,
Et je me suis reposée pour reprendre des forces…
J’ai traversé des paysages sans couleurs,
Mais ton ombre n’y était pas.
J’ai volé au-dessus des nuages,
J’ai traversé des pays,
J’ai parcouru des plaines,
J’ai traversé des rivières,
J’ai escaladé des montagnes,
J’ai franchi des ponts,
J’ai navigué sur des océans,
J’ai vu des lieux à la beauté saisissante,
J’ai visité des cités riches de culture,
Peut-être y étais-tu passé ?
Partout, je t’ai cherché
– obstinément –
J’ai erré dans des villes éclairées par la nuit.
J’ai marché le long de la mer.
Je me suis baignée dans le soleil couchant,
Pour me réveiller dans son levant.
Et puis, je suis rentrée chez nous,
– sans toi –
Le temps avait passé.
Mais les saisons demeuraient intactes.
Le printemps avait toujours la couleur de l’éclosion.
L’été séchait toujours les larmes.
L’automne déshabillait toujours la nature.
L’hiver ressemblait toujours à un désert.
J’ai alors fini par admettre que tu ne reviendrais plus.
Tu étais désormais de l’autre côté de l’horizon,
De là où on ne revient jamais…

Texte © Marie-Laure Bigand



2 commentaires:

OX Jerry a dit…

Wouah! Quel envol! Quel lyrisme ! Quel poésie passionné et enivrante! je ne sais à qui tu t'adresses mais il a beaucoup de chance .

Bonne fin de semaine Marie Laure

Marie-Laure a dit…

Merci Jerry :-)