mercredi 1 février 2012

Gaston et Gustave d'Olivier Frébourg




Gaston et Gustave est un récit autobiographique.
L’auteur, Olivier Frébourg, raconte la naissance prématurée de ses jumeaux. Il est déjà père de deux garçons.
Seul Gaston, grand prématuré, survivra, mais commencera alors un long combat pour sa survie. Ses parents sont là, présents, attentifs.
L’auteur nous livre avec beaucoup de sensibilité et de pudeur l’histoire de cet enfant, et de celui qui n’est plus, Arthur.
L’entrée du CHU de Rouen, là où séjourne son enfant, est gardée par une statue de Gustave Flaubert, que l’auteur connaît par cœur. Il a une vraie passion pour l’homme de lettres.
Sa propre histoire se mêle ainsi à celle de Flaubert…
Et puis, en toile de fond, Camille, l’épouse d’Olivier Frébourg, et sa souffrance silencieuse.

J’ai trouvé ce récit d’une grande force, émouvant et pudique.
Et l’écriture est magnifique.

Se reconstruire après les épreuves, un long cheminement qui appartient à chacun, et qui engendre forcément une profonde remise en question.

Olivier Frébourg est également éditeur (les éditions des Équateurs). Il a obtenu « le prix décembre 2011 » pour ce récit, prix qu’il a partagé avec Jean-Christophe Bailly pour son livre le Dépaysement : voyages en France, chez Seuil).

4e de couverture :

Gaston est un très grand prématuré. À sa naissance, il a été séparé de son jumeau. Dans le service néonatal de l’hôpital de Rouen dont l’entrée est gardée par la statue de Gustave Flaubert, il lutte pour respirer. Gaston, c’est mon fils.
Gustave est le « patron » des écrivains. Il refusa d’être père pour écrire Madame Bovary ou L’Éducation sentimentale. Il y a des moments où l’on aimerait se débarrasser de la littérature parce qu’elle ne console jamais des catastrophes. Et pourtant, à la naissance de Gaston, la statue de Flaubert s’est avancée vers moi. Gaston et Gustave se sont retrouvés unis dans la tempête et le naufrage, peau contre peau. Je n’ai pas eu d’autre choix que d’écrire ce livre. J’avais quitté le monde des vivants pour celui des limbes où je réchauffais mes deux fils. O.F.

3 commentaires:

Florence D a dit…

Je suis contente que tu aies apprécié ce livre, j'en ai entendu d'autres très bonnes critiques.

Marie-Laure a dit…

Oui, encore merci pour ce cadeau d'anniversaire Florence, si t'es sage je te le prêterai ;-))

Florence D a dit…

Ok ok, je serai bien sage !